Sélectionner une page

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Délégué départemental du Rassemblement National des Hautes-Pyrénées

Membre du Conseil National du RN

Le 17 juillet 2018 marque le centième anniversaire du massacre des Romanov : le Tsar de Russie Nicolas II, qui avait abdiqué en 1917, avait été exilé avec sa famille en avril 1918 dans l’Oural à Ekaterinbourg par les révolutionnaires bolchéviques. Le Tsar, son épouse, le Tsarévitch, ses quatre filles, son médecin et ses trois domestiques, furent sauvagement assassinés il y a exactement cent ans par les Bolcheviks sur ordre de Lénine, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918.

Le massacre fut des plus épouvantables : tués à coup de pistolets, les enfants furent achevés au couteau et à la baïonnette, puis les cadavres furent jetés dans un puit de mine avant d’être récupérés, brûlés et aspergés d’acide sulfurique, puis ensevelis.

Les corps ne seront retrouvés qu’en 1990. Ils furent solennellement inhumés à Saint Pétersbourg le 17 juillet 1998 et l’Eglise orthodoxe de Russie béatifia les Romanov en 2000.

Un siècle après ce massacre, l’idéologie marxiste et communiste aura semé derrière elle des dizaines de millions de morts, de Staline à Mao, en passant par Castro ou Pol-Pot. Le sectarisme et la barbarie aveugle de cette idéologie sont, Dieu merci, en profond déclin depuis l’effondrement de l’Union Soviétique et le retour de la Russie libérée à ses racines historiques et à sa civilisation, avec l’avènement du grand Président Vladimir Poutine.

Dans un département comme le nôtre, un des tous derniers fiefs de la Gauche et de l’Extrême-Gauche en France, le péril communiste, même s’il est aujourd’hui fortement ringardisé, subsiste encore çà et là épisodiquement, prospérant sur l’ignorance et la désinformation, encourageant la haine de classe et la haine de la France.

Le Rassemblement National des Hautes-Pyrénées n’aura de cesse d’appeler au devoir de mémoire sur les crimes du communisme. Il forme le vœu que ce siècle d’obscurantisme marxiste, ouvert par l’odieux massacre des Romanov, s’achève par la disparition définitive de cette idéologie mortifère.