Sélectionner une page

Communiqué de presse d’Olivier MONTEIL

Conseiller Régional d’Occitanie

Délégué départemental du Rassemblement National des Hautes-Pyrénées

Les très fortes hausses de la taxe TICPE sur les carburants décidées par le gouvernement MACRON, et qui vont se poursuivre encore en janvier prochain, suscitent une légitime indignation d’une part grandissante de la population française. La Ruralité est la catégorie de population la plus durement frappée par cette désastreuse politique fiscale de l’Etat.

En effet, contrairement aux dires du Chef de l’Etat et de son premier Ministre, c’est bien le travail qui est taxé par l’augmentation de la TICPE puisque dans le monde rural les déplacements en véhicules sont une nécessité absolue pour rejoindre son lieu de travail, que ce soit depuis une vallée de montagne éloignée comme la Barousse ou que ce soit depuis des territoires enclavés comme les Coteaux.

Les familles rurales sont également touchées, puisqu’il faut bien souvent déposer les enfants au collège ou au lycée depuis son village jusqu’à la ville qui en est dotée.

Il n’y a aucune explication crédible pour ces hausses successives et insupportables, si ce n’est de renflouer les caisses de l’Etat au détriment de ceux qui sont déjà le plus délaissés, les populations rurales.

La fable du cours du pétrole brut responsable des hausses ne convainc personne puisque chacun peut vérifier de lui-même à la pompe que, si le tarif du baril de pétrole brut est de 65 dollars aujourd’hui, soit le même prix qu’en 2007, le coût du litre de gazole est aujourd’hui de 1,54 € alors qu’il en était à 1,04 € en 2007. Ce sont donc bien les taxes TICPE qui explosent, sachant qu’elles représentent en moyenne 60% du prix du carburant, et c’est la Ruralité qui en paye le prix le plus fort.

Pour imposer au gouvernement de renoncer à cette fiscalité, le Rassemblement National des Hautes-Pyrénées appelle en conséquence tous ses militants et sympathisants, et plus largement tous les habitants de Bigorre, revêtus de gilets jaunes, à se joindre massivement à la prochaine action nationale et populaire de protestation qui aura lieu le 17 novembre prochain à Tarbes, comme dans tout le pays.