Sélectionner une page

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 20 JUIN 2020

Municipales Tarbes : des élections sans électeurs et sans choix

Avec un taux d’abstention gigantesque et jamais vu de 63% à Tarbes, provoqué par la psychose déclenchée par les annonces  brutales du Président de la République et de son Premier Ministre la veille du scrutin, le 1er tour des élections municipales a été dès lors complètement faussé et pose d’emblée un problème de légitimité du futur maire élu par défaut, sur à peine un tiers de votants.

En observant par ailleurs que la situation de crise  et de panique en mars a mécaniquement surcoté les maires sortants et faussé encore davantage la sincérité du vote, on ne peut que déplorer le maintien artificiel d’un scrutin qui aurait dû être reporté, par respect de la démocratie.

Le choix des électeurs pour le second tour tarbais n’existe pas puisque le maire sortant, qui au passage a perdu 12% et la moitié de ses voix de 2014, affronte une coalition improbable de ses ex-adjoints qui ont tous un temps travaillé avec lui et ne proposent, pas plus que lui, strictement rien de réaliste en matière de sécurité et de protection des Tarbais, rien non plus de sérieux ni solide en matière de recentrage des activités économiques sur le centre-ville abandonné et de protection du commerce de proximité.

Dans cette triangulaire annoncée, la seule certitude, c’est que les Tarbais  doivent écarter d’emblée la liste de Gauche et d’extrême-Gauche socialo-écolo-communiste qui représente la pire régression morale, économique, sociale et politique qui soit : un retour à l’âge de pierre stalinien. Ce serait la mort assurée d’une ville déjà moribonde par des années de laxisme, clientélisme et abandon.

Un non-choix donc. Gageons qu’il se trouvera encore moins d’électeurs pour ce second tour à Tarbes qu’au premier…

Le Rassemblement National des Hautes-Pyrénées et la liste Rassemblement Pour Tarbes laissent évidemment leurs électeurs libres de leur choix, les engageant en revanche à reléguer l’extrême-Gauche dans une opposition stérile et éternelle.

Olivier MONTEIL

Conseiller régional d’Occitanie

Délégué départemental du RN des Hautes-Pyrénées