Sélectionner une page

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 20 FEVRIER 2021

Immigration clandestine : un fléau qui frappe aussi les Pyrénées

Ce 19 février un immigré clandestin soudanais, entré illégalement en France en 2015, débouté du droit d’asile mais resté en France, déjà incarcéré pour fait de violence, a égorgé mortellement un père de famille, employé du CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile) de la ville de Pau dans les Pyrénées Atlantiques.

Cet assassinat odieux, qui endeuille à nouveau une famille française, met une fois de plus en lumière les conséquences désastreuses et mortifères de l’immigration massive hors contrôle qui sévit dans notre pays.

Il n’est pourtant pas le premier du genre après que le professeur Samuel PATY ait déjà été égorgé et décapité à Conflans-Sainte Honorine  le 16 octobre par un « réfugié » tchétchène, Abdoulakh ANZOROV, ou que trois Niçois aient également été sauvagement égorgés dans une église le 29 octobre dernier à Nice par un Tunisien, Ibrahim ISSAOUI, entré illégalement en France.

Malgré les vains coups de mentons du ministre de l’Intérieur Gérald DARMANIN, les flux d’immigration clandestine se poursuivent à nos frontières et aucune mesure gouvernementale ne s’y oppose, comme l’a parfaitement démontré la récente opération pacifique du groupe Génération Identitaire au col du Portillon, dans les Pyrénées hautes-garonnaises, col toujours librement ouvert aux clandestins et aux passeurs sans aucun contrôle.

Pire encore, le plan SCHIAPPA-DARMANIN de répartition de migrants clandestins prévoit une augmentation de 40% du nombre de migrants à héberger dans notre région Occitanie ! La décapitation de Samuel PATY et les égorgements de Nice n’auront donc pas suffi.

Il est temps de s’attaquer au problème gravissime de l’immigration clandestine dans notre pays, qui échappe aujourd’hui à tout contrôle sérieux des autorités et met gravement en péril la sécurité des Français.

Le Rassemblement National des Hautes-Pyrénées rappelle, devant les faits graves qui se multiplient, l’urgence d’un arrêt total de l’immigration et de la reprise du contrôle de nos frontières nationales, notamment dans les Pyrénées.

Il rappelle également l’urgence de rendre au droit d’asile sa vocation première, l’accueil avec humanité des vrais réfugiés politiques comme le sont par exemple les Chrétiens d’Orient persécutés dans de nombreux pays islamiques, alors qu’au contraire les récentes réformes socialistes ont fait du droit d’asile une nouvelle filière d’immigration clandestine.